EVANGILES
SYNOPTIQUES

L'Esprit Saint

À la demande de notre Saint Père le Pape François, nous commençons lors de cette année liturgique qui débute normalement le 1er décembre de l’année 2019 et qui se termine le 30 novembre 2020, a traité un élément essentiel de notre foi, élément pas toujours facile à cerner dans sa pédagogie propre, du fait que ni matériellement ni physiquement nous ne pouvons le voir, le toucher, le figurer…
En réalité, nous sommes désappointés, car si nous avons maintenant un modeste aperçu direct grâce au Christ de la Trinité et de sa fonctionnalité, l’une des trois personnes de cette Trinité nous échappe du fait de sa propre originalité.
Il s’agit du Saint-Esprit.

Saint Marc

Communément accepter par les Pères de l'Église, découvrir ou redécouvrir le premier Evangile écrit par St Marc, d’après son écoute pendant la prédication de St Pierre à la communauté ecclésiale naissante de Rome. 

Saint Matthieu

Ce colleteur d’impôts à Capharnaüm est celui qui met le plus en valeur par ses écrits la continuité entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance, afin de démontrer que Jésus est le Messie annoncé par les prophètes, attendu par Israël. 

Saint Luc

Médecin lettré, compagnon de St Paul, la Bonne Nouvelle qu'il annonce chante un véritable cantique de grâce et d’amour, avec joie et optimisme, nous rapportant les détails de la Sainte Famille, depuis l’Annonciation, la naissance et l’enfance de Jésus. 

Saint Jean

Intime du Christ, ses écrits sont un éblouissant témoignage de la vie du Messie, de sa transfiguration, des miracles accomplis, de l’agonie, de la mort de Jésus en croix, de sa mise au tombeau et de sa résurrection au matin de Pâques.  

L'Esprit Saint
chapitre 6  

Nous voici, à nouveau dans la mouvance de l’Esprit Saint, ou notre intellect est mis à rude épreuve, car si l’Éternel nous a fait à son image et à sa ressemblance, comprendre le mystère qu’Il représente, non seulement en tant que personne plénière mais aussi et cela est bien plus difficile en la dimension Trinitaire que depuis la révélation du Christ faite à ses apôtres nous révèle que Père et Fils ont aussi une troisième entité qui compose la Trinité. 
Notre foi en L’Esprit Saint change notre regard sur Dieu bien sûr, mais aussi sur l’Église , sur les autres et sur nous-mêmes. C’est pourquoi il n’est pas sans importance de réfléchir à l’Esprit Saint et à son action en nous.  

Si le mot Trinité n’apparaît pas dans les écritures, la réalité y est déjà présente puisque les disciples baptisaient au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (Mt 28,19). Cette structure ternaire est d’ailleurs constante dans les écrits du Nouveau Testament. Jésus, envoyé par le Père, tout a la fois fait connaitre et fait don de son Esprit . Mais il a fallu ensuite plusieurs siècles de réflexion pour que se précise davantage la place et le rôle de chacune de ces trois personnes en DIEU. 

Cette affirmation est spécifique de la foi chrétienne. Croire en la trinité pour un chrétien , c’est affirmer que Dieu est totalement AMOUR. Mais affirmer cela , c’est également affirmer qu’Il n’est ni solitaire ni divisé. Il faut donc , pour le nommer , utiliser à la fois le singulier et le pluriel. Dieu est tout à la fois UN et TROIS. En termes plus théologiques, on dira qu’il n’y a qu’une seule nature divine , DIEU, que partagent trois personnes, le PÈRE, le FILS et l’ESPRIT. 

 Si n’existaient que le Père et le Fils, les rapports seraient simples, à l’image de ceux que nous connaissons déjà terrestrement entre le père et son fils. Mais avec la révélation de l’Esprit Saint, les relations en Dieu apparaissent dans toute leur richesse, mais aussi dans la complexité qui nous les rend en partie impénétrables. Ces relations se jouent à trois , PÈRE, FILS et ESPRIT . Dieu est Trinité, c’est-à-dire relation entre trois personnes. Mais dans la foi qui est la nôtre, Dieu préfère ne pas agir en clandestin, Il nous a révélé la présence de son Esprit, pour que nous devenions ses partenaires et ses compagnons, tout autant que ses complices.  

Pour ce faire, il nous faut donc avoir un regard diffèrent sur le monde, mais aussi est d’abord sur l’Église. Cette institution qui s’est distinguée du Judaïsme, fondée par Jésus , comme Christ de Dieu, ne peut pas périr, car le Christ lui a promis que les puissances de l’enfer ne l’emporteraient pas sur elle, (Mt 16,18). C’est une autre façon de rappeler la présence de l’Esprit de Dieu dans l’ Église fondée par son Christ. Sans sa présence, cette institution ne serait qu’un bloc inerte. L’Esprit de Dieu rajeunit l’Église de son Christ, et la renouvelle sans cesse. C’est aussi ce que nous rappelle le concile Vatican II Constitution de l’Église N° 4 . Sans l’Esprit -Saint , affirme le concile, l’Église serait condamnée à l’immobilisme ou à de graves risques de dérives.
Ainsi , comme le précise (Sg 1,7) l’Esprit du Seigneur rempli l’univers, et qu’il rénove sans cesse la face de la terre ( Ps 103-104). C’est une façon d’affirmer encore, comme le fait par exemple le concile Vatican II , que l’homme est sans cesse sollicité par l’esprit de Dieu est que l’Esprit Saint offre à tous d’une façon que Dieu connaît , la possibilité d’être associés au mystère pascal ( Constitution sur l’Église dans le monde de ce temps N° 4 et 22).  

Que serait le Christianisme sans l’Esprit de Dieu ?Il garderait toujours quelque chose de tendu ! l’Effort, la Règle, le Conformisme, qui extérieurement risqueraient toujours de l’emporter. L’Esprit Saint met la Souplesse , la Liberté, la Légèreté, en même temps que la Fidélité, qui est de loin , le point des plus importants. Comment, autrement, comprendre, selon (Mt 11,30), que le joug du Christ est facile à porter et son fardeau léger ? Certes, de toute évidence, l’Esprit-Saint ne fabrique pas des héros, mais il enthousiasme des libertés, et rend l’homme humblement capable de toutes les audaces. 

Penons comme exemple, les saints qui nous ont précédés, (connus ou inconnus,) qui tissent inlassablement par d’humbles gestes( Mère Thérèsa) le tissu de l’être que la haine et la cruauté déchirent ou comme celles de chercher à contempler le mystère de DIEU, que ce soit en clôture ou dans le monde, d’affronter mille périls et de traverser les fossés qui séparent les cultures pour annoncer l’Évangile.

De travailler , d’inventer sans cesse pour la réforme de l’Église, sans se faire juge de ses frères, mais en collaboration étroite avec eux, d’écouter la Parole durant toute une vie sûre qu’elle aura toujours du nouveau à nous dire , ou encore de s’engager pour toujours même si l'on craint de faillir, ce qui, au demeurant, est le propre de l’homme. Mais tout cela peut se faire et est fait, grâce à L’Esprit Saint de DIEU qui nous guide continuellement sans défaillance. Cela reste dans l’invisibilité de nos yeux, le plus grand des mystères révélés.

À Pâques, la résurrection de Jésus ne le rend pas proche de nous à la manière d’une personne ordinaire que l’on pourrait voir et toucher, Prétendre, vouloir rencontrer Jésus en chair et en os, et un pure délire, mais nous le rencontrons par et en esprit, est cette rencontre peut alors atteindre des extrémités extrêmes.( § Les deux Thérèse de l’enfant Jésus) extrémités qui de l’intérieur nous font vivre un cœur à cœur unique .avec non seulement le Christ, mais avec la TRINITE SAINTE en une seule Divinité, qui est Puissance de Celui qui c’ait fait connaître comme étant. « JE SUIS CELUI QUI EST », bien que toutes les trois soit égal et parfait, et dont la dignité coéternelle est égale en honneur dans leurs royautés, mais en « JE SUIS.

© Copyright 2020 Cabris-informatique.com - All Rights Reserved / mentions légales /