EVANGILES
SYNOPTIQUES

L'Esprit Saint

À la demande de notre Saint Père le Pape François, nous commençons lors de cette année liturgique qui débute normalement le 1er décembre de l’année 2019 et qui se termine le 30 novembre 2020, a traité un élément essentiel de notre foi, élément pas toujours facile à cerner dans sa pédagogie propre, du fait que ni matériellement ni physiquement nous ne pouvons le voir, le toucher, le figurer…
En réalité, nous sommes désappointés, car si nous avons maintenant un modeste aperçu direct grâce au Christ de la Trinité et de sa fonctionnalité, l’une des trois personnes de cette Trinité nous échappe du fait de sa propre originalité.
Il s’agit du Saint-Esprit.

Saint Marc

Communément accepter par les Pères de l'Église, découvrir ou redécouvrir le premier Evangile écrit par St Marc, d’après son écoute pendant la prédication de St Pierre à la communauté ecclésiale naissante de Rome. 

Saint Matthieu

Ce colleteur d’impôts à Capharnaüm est celui qui met le plus en valeur par ses écrits la continuité entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance, afin de démontrer que Jésus est le Messie annoncé par les prophètes, attendu par Israël. 

Saint Luc

Médecin lettré, compagnon de St Paul, la Bonne Nouvelle qu'il annonce chante un véritable cantique de grâce et d’amour, avec joie et optimisme, nous rapportant les détails de la Sainte Famille, depuis l’Annonciation, la naissance et l’enfance de Jésus. 

Saint Jean

Intime du Christ, ses écrits sont un éblouissant témoignage de la vie du Messie, de sa transfiguration, des miracles accomplis, de l’agonie, de la mort de Jésus en croix, de sa mise au tombeau et de sa résurrection au matin de Pâques.  

L'Esprit Saint
chapitre 9

Le chapitre huit sur l’Esprit saint que nous traitons maintenant depuis plusieurs mois, nous éclairer sur les dons reçus de Lui. Ces dons offerts sont un cadeau merveilleux que notre Père des cieux tenait absolument de nous en gratifier, afin que, déjà par les prophètes,,puis par le Christ lui-même, et enfin par les Apôtres et les disciples de tos les temps, qui nous ont prêchés la venue en nous de l’Esprit saint, nous soyons armés pour faire face à toutes les épreuves possibles et inimaginables, qui nous attendent sur le chemin de notre vie, ou nous emboitons le pas de Jésus, Lui qui est le Berger et la Porte
Le berger qui nous mène et conduit son troupeau avec assurance sur les chemins difficiles et escarpés de notre pérégrination terrestre ou toutes sortes de dangers nous guettent, écartant de nous et du mieux possible, les affres les plus pernicieuses qui sont semées sur notre route par le mauvais, et qui nous ouvre aux termes la Porte qui ouvre l’accès du ciel pour que nous puissions vivre notre éternité dans la gloire mystérieuse enfin révélée de la TRINITE.
Voici donc en supplément des dons de l’Esprit Saint, ce que l’on qualifie pour en être ses fruits.  

LES FRUITS ET LES DONS DE L’ESPRIT SAINT LES FRUITS DE L’ESPRIT
INTRODUCTION
L’Esprit Saint, soit l’Esprit de Dieu, est l’ami le plus précieux des humains. Il veut nous donner le bonheur le plus extraordinaire imaginable appelé Béatitude. Cette grande joie, ici même sur terre et dans la vie qui suit celle de notre décès, seule Lui peut nous la donner, car Il est la Joie en personne. Pour nous donner cette joie, il commence par nous donner des cadeaux merveilleux appelés dons de l’Esprit Saint, puis, ces dons ou dispositions intérieures, il les fait germer en des comportements magnifiques qui engendrent le bien-être, la santé, l’amour et la paix appelés fruits de l’Esprit Saint. Désirez-vous ces choses ? Oui ? Alors faites du présent livret le livre de chevet de toute votre vie. Ainsi, quoi qu’il vous arrive, vous vous sentirez équipés pour y faire face et pour transformer les difficultés en sources de positif. Les chiffres entre parenthèses dans le texte réfèrent aux articles pertinents du Catéchisme de l’Église catholique, 1997. 

LES FRUITS de L’ESPRIT SAINT
Les fruits de l’Esprit Saint sont au nombre de douze. Dans la lettre de saint Paul aux Galates, dans la Bible officielle de l’Église catholique appelée Vulgate, ces fruits sont énumérés comme suit :
1.Charité
2.Paix
3.Joie
4.Patience
5.Longanimité
6.Bonté
7.Bénignité
8.Mansuétude
9.Fidélit
10.Modestie
11.Continence
12.Chasteté.
(article 1832 du Catéchisme de l’Église catholique, ainsi que (Ga 5, 22-23—Vulg.)
On peut unir les fruits de patience et de longanimité ensemble, car ils sont fort semblables, et ajouter le fruit de douceur, qui est inclus dans d’autres versions de la Bible. 

1.CHARITÉ
Le premier fruit de l’Esprit Saint, c’est la charité, soit le don de soi :-gratuit ;-proactif (n’attend pas de se faire demander son aide mais demande tout de même la permission avant de la prodiguer);-inconditionnel.
2.PAIX
Le troisième fruit de l’Esprit Saint, c’est la paix, soit le fait de « tourner l’autre joue », de répondre au mal par le bien, par des solutions constructives, par l’ordre, la discipline, la stabilité, le respect de la nature (ne pas aller contre-nature) ;
3.JOIE
Le deuxième fruit de l’Esprit Saint, c’est la joie, soit le fait de toujours entretenir des paroles, des pensées, des sentiments et des actions qui soient :-Positifs;-Porteurs de beauté;-Porteurs d’espoir et d’espérance;-Porteurs de confiance(et non de peur ou de méfiance) ; 

4.PATIENCE
Le quatrième fruit de l’Esprit Saint, c’est la patience, soit la capacité de tolérer les imperfections, les contrariétés et les contretemps, et aussi la capacité d’attendre, parfois très longtemps, ce que l’on désire. Cette capacité d’attendre s’appelle « longanimité»;
5.LONGAMINITE ou DOUCEUR
Le cinquième fruit de l’Esprit Saint, c’est la douceur, soit la docilité, l’obéissance, le respect des lois, des règles, des règlements et de l’autorité, dans un esprit affectueux de subordination et de service (à commencer par la loi de la civilisation, soit la solidarité du plus fort envers le plus faible, ainsi que la loi de la nature selon laquelle on récolte toujours ce que l’on sème.
6.BONTÉ
Le sixième fruit de l’Esprit Saint, c’est la bonté, soit une infinie générosité, débordante et sans calculs (tout en tenant compte de nos limites personnelles) ; 

7.BÉNIGNITÉ
Le septième fruit de l’Esprit Saint, c’est la bénignité, soit le fait de ne faire aucun mal à personne, jamais, pour aucune raison, car le but que l’on vise, si « bon »puisse-t-il nous sembler (p. ex., soulager la souffrance au moyen de la mise à mort), ne justifie jamais le moyen. En effet, la Loi de la nature fait qu’on récolte toujours exactement ce que l’on sème. Si on sème des fruits de mort, on récoltera des fruits de mort.
8.MANSUÉTUDE
Le huitième fruit de l’Esprit Saint, c’est la mansuétude (indulgence), soit le non-jugement, la non-condamnation et l’empathie, soit la compréhension de la souffrance et de l’ignorance qui sous-tendent le mal, et la volonté de leur guérison 

9.FIDÉLITÉ
Le neuvième fruit de l’Esprit Saint, c’est la fidélité, soit l’intégrité, l’honnêteté, le respect de notre parole et de nos engagements.
10.MODESTIE
Le dixième fruit de l’Esprit Saint, c’est la modestie, soit :
-la modération (pas d’excès);
-l’équilibre;
-l’humilité;
-la simplicité;
-la discrétion;
-le naturel;
-la pudeur*;
-la pauvreté (le détachement, se contenter de l’essentiel, le partage)* La pudeur, c’est le fait de garder pour soi comme son trésor le plus précieux, son intimité physique et sentimentale.
C’est donc éviter de se vêtir, de parler, de se mouvoir ou de se comporter de sorte à chercher à provoquer, à séduire ou à exciter.
C’est vouloir à tout prix préserver la pureté du regard, de l’ouïe et de tous les sens des autres pour qu’ils puissent demeurer forts dans la chasteté (voir le 12efruit de l’Esprit Saint), car la pureté est le fondement du bonheur 

11.CONTENANCE
Le onzième fruit de l’Esprit Saint, c’est la contenance, soit le fait d’être raisonné, réfléchi et raisonnable, agissant non sous le coup des pulsions, de l’impulsion ou des réactions émotionnelles. C’est la maîtrise de soi, y compris la continence(la transformation de notre force sexuelle en énergie constructive et créatrice pour notre vie).
12.CHASTETÉ
Le douzième fruit de l’Esprit Saint est la chasteté, soit le fait de réserver l’acte de la procréation pour le sacrement du mariage entre un homme et une femme; d’honorer, dans cet acte, le don de soi complet, y compris son potentiel de fécondité, de parentalité (372); au besoin, de tenter d’espacer les naissances naturellement, en partageant l’étreinte matrimoniale pendant les jours moins féconde du couple (2368-2372, 2399); et de toujours conserver la pureté et la pudeur, même et surtout dans cette intimité la plus sacrée qui soit qu’est l’acte de la procréation

© Copyright 2020 Cabris-informatique.com - All Rights Reserved / mentions légales /